Mali
Janvier 2018 à décembre 2020
En cours

Lutte contre la tuberculose : mobiliser le secteur privé et les populations

Diagnostic

La tuberculose pulmonaire est parmi les maladies les plus létales au monde, devant le sida, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais elle peut être bien soignée si son diagnostic est précoce et son long traitement correctement appliqué.

Au Mali, les populations souffrent d’une prise en charge discontinue dans les centres de santé communautaires. Après confirmation du diagnostic, le suivi est assuré par des structures publiques peu performantes. Cela a souvent comme conséquence l’abandon du traitement.

Pour compliquer la situation, la tuberculose se transmet facilement, ce qui constitue un risque pour l’ensemble de la population, en particulier en milieu rural, où vivent plus de 75 % des Maliens.

Action

Santé Sud accompagne les autorités maliennes dans le cadre du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT). L’objectif de son action est d’améliorer la collaboration entre les secteurs privé et public dans la prévention, le diagnostic et la prise en charge de cette maladie.

Santé Sud équipe et forme au diagnostic et au traitement le personnel de centres de santé communautaires et de cliniques et cabinets de médecine privés. Pour le repérage de nouveaux cas, elle prépare les agents de santé de filatures de coton, de centres pénitentiaires et de structures paramédicales et confessionnelles. Pour améliorer le dépistage, le suivi des malades et la sensibilisation de la population aux bons gestes à adopter, Santé Sud forme des agents de développement communautaires (ADC).

Partenaires opérationnels
  • Ministère de la Santé
  • Catholic Relief Services
  • Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT)
Partenaires institutionnels
Et privés
  • Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Impact

Le personnel soignant de 369 centres de santé communautaires et de 70 cliniques et cabinets privés formés au diagnostic et au traitement des malades de la tuberculose.
Les services de santé de 46 centres pénitentiaires et de dix filatures de coton renforcés.
28 agents de développement communautaires (ADC) formés à sensibiliser la population.
Trois millions d’habitants bénéficiant d’une meilleure prévention et prise en charge de la tuberculose.