Mali
Mai 2018 à juillet 2020
En cours

Soigner et réinsérer les patients souffrant de troubles mentaux en zone rurale

Diagnostic

Le Mali manque cruellement de ressources humaines spécialisées en santé mentale. Ces soins sont proposés uniquement dans la capitale et en milieu hospitalier, alors que les besoins se font sentir surtout à la campagne, où vit plus de 60 % de la population malienne. De plus, les troubles mentaux sont encore trop souvent mal compris, exposant les malades à différentes formes de rejets et à l’exclusion sociale.

Action

Pour changer cette situation, Santé Sud, l’Association des médecins de campagne (AMC) du Mali et le service psychiatrique de l’hôpital du Point G de Bamako ont lancé un ambitieux programme.

Il vise tout d’abord à former des médecins généralistes de première ligne à une prise en charge humaine et de qualité des personnes souffrant de troubles mentaux. Il entend également combattre la stigmatisation des malades, en formant des relais communautaires à la sensibilisation des populations à l’aide d’outils pour expliquer les causes de ces pathologies et la manière de les traiter. Enfin, des activités de collecte et de traitement des données sont prévues afin de produire des statistiques épidémiologiques et cliniques sur la santé mentale, jusqu’à présent inexistantes.

Six régions du pays sont concernées par ce programme – Kayes, Koulikoro, Mopti, Ségou, Sikasso et Tombouctou. À terme, c’est tout un réseau de prise en charge de troubles mentaux qui y sera mis en place, de l’organisation des soins de premier niveau jusqu’à la référence, d’où le caractère pionnier de cette initiative.

 

Partenaires opérationnels
  • Association des médecins de campagne (AMC) du Mali
  • Service de psychiatrie de l’hôpital du Point G à Bamako
  • Autorités locales et représentants de la société civile des régions de Sikasso, Koulikoro, Kayes, Ségou, Mopti et Tombouctou
Partenaires institutionnels
Et privés
  • Sanofi Aventis

Impact

18 médecins généralistes communautaires accompagnés et formés à la prise en charge des troubles mentaux.
216 relais communautaires formés et équipés pour informer la population et réduire la stigmatisation.
216 000 personnes, dont plus de 1 600 patients atteints de troubles mentaux, bénéficiant d’un meilleur accès à des soins de qualité.